print

Questions que soulève la problématique du consensus

Notre premier dialogue porte sur le thème du consensus. Dans l’Occident postmoderne, le consensus est devenu à la fois une nouvelle méthode décisionnelle et une nouvelle éthique. De nombreuses cultures non-occidentales, notamment africaines et asiatiques, sont traditionnellement consensuelles. Une convergence historique se produit donc actuellement, menant à une culture mondiale du consensus. Nombreuses sont les questions qu’une telle évolution suscite.

Entre autres :

  • Quelles sont les conditions d’un véritable consensus ?
  • Quand un processus de consensus respecte-t-il notre nature ou structure anthropologique ? Quand devient-il manipulateur ? Quand se transforme-t-il en imposition idéologique ?
  • La construction du « nouveau consensus mondial » a-t-elle été transparente et réellement participative ? A-t-elle recherché le bien de l’humanité ? Les cultures non-occidentales ont-elles été écoutées et respectées ? Sur quels points précis existe-t-il un véritable consensus ? Le contenu des concepts et politiques faisant l’objet du consensus mondial est-il transparent ou ambivalent ?
  • Comment le paradigme postmoderne du consensus peut-il devenir préférable au paradigme moderne de majorité-opposition ?
  • Pourquoi l’Occident a-t-il basculé vers l’adoption du paradigme politique du consensus ?
  • Comment les cultures non-occidentales peuvent-elles contribuer à corriger les dérives du consensus postmoderne ?
  • Quelles convergences et quelles divergences existe-t-il entre le processus de construction d’un consensus postmoderne occidental et les traditions non-occidentales ?